Soutenir notre liste

Ouistreham dans la tourmente du BREXIT

Le Royaume-Uni sortira officiellement de la Communauté Européenne le 29 mars 2019
Concernant le port de Caen – Ouistreham, le BREXIT aura des conséquences sur :
– les volumes traités
– l’organisation physique des terminaux pour permettre les attentes, les contrôles, les saisies… tout en maintenant la fluidité des escales
– les formalités administratives nouvelles, notamment pour les plus petites sociétés qui n’ont jamais eu à déclarer en douane.
Celles-ci entraîneront un allongement de la durée du passage des terminaux qui engendrera éventuellement un allongement de la durée d’escale et une augmentation du besoin en capacité de stationnement/stockage.
Les incertitudes posées par le Brexit sont nombreuses concernant l’évolution des flux de marchandises (volume, sens, influence du taux de change et de l’introduction éventuelle de droits de douane, duty free, etc…) et de touristes (contrôles d’identité, fouilles de bagages, perte de la valeur de la Livre). Il est aussi difficile d’évaluer les besoins en recrutement nécessaires pour assurer les différents contrôles (douane, police aux frontières, phytosanitaire,…).
Comme dans chaque port transmanche, il faudra prévoir une augmentation de la surface dédiée aux Douanes et autres services de contrôle, ainsi que des installations spécifiques pour les services vétérinaires et phytosanitaires, domaines où les règles sont très strictes. Ainsi, sur 46 000 camions importés via Ouistreham, 16 500 devront être contrôlés. Ne pas disposer d’installations agréées reviendrait à condamner ces trafics.
Enfin, l’organisation des contrôles allant générer des files d’attente, il faudra augmenter les surfaces de stationnement pour les voitures et pour les camions en attente de mise en conformité.
Une réorganisation complète de l’agencement du port étant nécessaire, il y a urgence à commencer les travaux dont le coût important pourrait être réparti à parts égales entre la Chambre de Commerce et PNA.